Boutique en Ligne !

Graphi Thermo / Pâtisserie Rohken

Actualités - PRO

Champions League : une défaite frustrante à Opava

Publié le : 10/10/2018

Premier match de Champions League, première sortie pour Nanterre 92 ! Et c'est sur le parquet d'Opava (République Tchèque), que le Club de Hauts-de-Seine a débuté, ce soir, sa saison européenne 2018-2019 ! 

 

10 premières minutes pour se mettre en route (28-16)

Après un début de partie difficile durant lequel Nanterre 92 aura dû faire face à un style de jeu atypique, physique dans la peinture et rapide sur la transition, les nanterriens s'en sont remis à son capitaine, Lahaou Konaté, pour débloquer le tableau de score sur un caviar pour Haukur Palsson, démarqué et près du cercle. En manque de repères face à une formation composée à 100% de joueurs tchèques ayant leurs habitudes dans cette salle de la Hala Opava, les joueurs de Pascal Donnadieu sont rapidement menés de 10pts (12-2) avant que Lahaou, encore lui, ne prenne les choses en main pour aller au cercle (6'). Un triplé de Hugo Invernizzi et un tir mi-distance de Dom Waters plus tard, et voilà Nanterre revenu à 14-7 après 7min. Plus collectifs et impliqués, les nanterriens terminent idéalement le premier acte en revenant au score. 

 

 

Un second quart-temps sur la même dynamique (45-32)...

En rentrant mieux dans ce second quart-temps, sur un nouveau tir de l'ailier-fort Haukur Palsson, les nanterriens envoient un signal fort à leurs adversaires : ils ne comptent pas lâcher l'affaire ! Entré en jeu quelques minutes auparavant, Adas Juskevicius rentre une première bombinette longue distance, ramenant son équipe à 11 longueurs des adversaires du soir. Mais, toujours en difficulté face au jeu proposé par l'équipe finaliste du dernier championnat Tchèque, les joueurs alto-séquannais peinent toujours à trouver des solutions défensives. Il faudra attendre la 16e minute et une mini-révolte sonnée par le jeune Armand Mensah pour voir Nanterre 92 démarrer sa marche en avant. Après un premier quart dominé par l'équipe locale, les nanterriens sont toujours malmenés avant la mi-temps.. 

 

 

Le réveil de Julian Gamble (57-53) !

De retour des vestiaires, les nanterriens reviennent avec de toutes autres intentions : Dominic Waters débute par un panier sous le cercle pour redonner un peu de confiance à ses coéquipiers. Julian claque un dunk plein de frustration après une action construite collectivement puis, sur contre-attaque, Lahaou permet à son équipe d’infliger un 8-0 après 3min.  Avec les nouvelles directives données par le staff nanterrien dans le vestiaire à la mi-temps, les Hommes de Pascal Donnadieu trouvent enfin leurs marques dans les systèmes de jeu. Julian sort de son trou et inscrit des points importants près du cercle, permettant ainsi à Nanterre de rester au contact des jaunes et bleus (52-49 / 28’). Hyper efficace dans ce troisième acte, le pivot nanterrien en est déjà à 14pts.

 

 

Si près, si loin…

Les premières actions de ce dernier acte sont bafouillées par les deux équipes, en manque de réalisme sur la finition. Il faudra attendre la 34e minute et un tir intérieur sur rebond off’ de Yannis Morin pour débloquer quelque peu la situation (58-55, puis 58-57 sur une interception du même Yannis l’action suivante !) et voir Nanterre revenir à 1 longueur d’Opava, ce qui n’était pas arrivé depuis la première action de la partie. En manque de réussite longue distance depuis le début du dernier quart, les joueurs d’Opava rentrent une petite salve de shoots en milieu de dernière période pour reprendre 7 petits points d’avance (66-59 / 37’). Un écart remonté à 10pts à 2min du coup de sifflet final, après une attaque rondement menée par Sirina, international tchèque (70-60 / 38’). Dernier coup à jouer pour Nanterre : le joker Adas Juskevicius : d’abord mi-distance, puis derrière la ligne des 3pts, Adas fait mouche à deux reprises pour permettre au club des Hauts-de-Seine de faire illusion, revenant à 7 longueurs. Toujours à la peine en défense, Nanterre s’inclinera finalement sur le score de 74-67.

 

#WeAreJSF

 

A.M.